Une production haute précision de prototypes

New-Innolab   |   Venlo, Pays-Bas

Le bureau de conception de produits New-Innolab de Venlo (Pays-Bas) utilise une fraiseuse Roland DG pour créer des gabarits extrêmement précis d'objets usuels en matière plastique. L'entreprise est établie dans la cave d'un ancien couvent, transformée par le propriétaire Ton Tesink en un bureau futuriste.

Des prototypes destinés aux secteurs de l'aviation et de la vente au détail

L'entreprise New-Innolab est spécialisée dans la conception et la production d'emballages destinés aux secteurs de l'aviation et de la vente au détail. Elle existe depuis trois ans et possède des bureaux aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

L'usine qui fabrique les emballages par thermoformage et moulage par injection est établie en Allemagne. Tim Notermans et Juup Backes quant à eux conçoivent les produits et développent les prototypes à Venlo. Bien qu'ils soient tous deux issus du secteur de la restauration aérienne, ils ne créent pas uniquement des emballages pour l'industrie alimentaire. Ils travaillent aussi pour des marques telles que Rituals, Bavaria, Lenco et KLM.

Une correspondance parfaite

Grâce à la fraiseuse Roland et à une machine de thermoformage, Tim et Juup créent des modèles qui correspondent parfaitement au produit fabriqué en série qui sera utilisé dans l'usine. Le vide artificiel créé sur le gabarit sous l'effet de la chaleur permet de fabriquer des produits d'emballage tels que des coupelles et des plateaux.

New-Innolab utilise la fraiseuse Roland MDX-540 qui fraise des prototypes et des modèles industriels avec la plus haute précision. La machine installée à Venlo est équipée d'un changeur d'outils automatique qui adapte les têtes de fraisage à l'opération visée.

L'imprimante 3D ne constitue pas une solution de remplacement pour le thermoformage. « L'imprimante 3D n'est pas l'outil idéal pour créer un gabarit. Elle est en revanche plus adaptée à certains produits moulés par injection », déclare Tim. « Grâce à notre fraiseuse, nous pouvons créer de manière rapide et efficace des gabarits thermoformés et donc utiliser la matrice plusieurs fois. Nous voulons parfois disposer de 20 modèles pour voir s'ils s'emboîtent correctement les uns dans les autres et vérifier le comportement du produit dans la ligne de production. Ce n'est qu'ensuite que vous pouvez reproduire la pratique d'une manière réaliste. »

Une intégration dans le processus

« Le marché nous a appris que Roland est une marque de qualité et fiable. Nous avons déjà utilisé des machines d'autres marques, mais celles-ci n'étaient jamais aussi développées et polyvalentes. Les machines de la marque Roland nous permettent de créer des modèles qui correspondent exactement à la réalité. Malgré toutes les simulations par ordinateur, ces modèles restent indispensables », explique Tim.

Des dimensions correctes ne suffisent pas. Juup : « Les barquettes pour les repas doivent par exemple pouvoir s'intégrer sans problème dans un processus de remplissage automatique. Ici, nous devons non seulement calculer correctement les dimensions, mais aussi tester les barquettes dans la production. La plupart des gens ne se rendent pas compte de ce qui se cache derrière le remplissage d'une coupelle de 500 gr de haché et le transport par palettes au supermarché. Cela relève bien plus de la logistique que de la conception. Les barquettes sont par exemple empilées dans un empileur et doivent pouvoir se séparer facilement les unes des autres. L'analyse du processus détermine dès lors en grande partie la forme. »

C'est pourquoi toute nouvelle coupelle est d'abord testée à travers 50 exemplaires. En cas de problèmes, on procède souvent à de petites adaptations pour éviter d'interrompre le déroulement du processus. Grâce à ce test, le client est sûr que tout est en ordre. Vous pouvez ensuite lancer la production en série avec ces mesures. Un prototype s'avère par conséquent indispensable. Les tolérances dans le processus peuvent impliquer certaines adaptations même si les dimensions de la coupelle sont correctes.

Un savoir-faire unique

La création de modèles exige un grand savoir-faire. Juup : « J'ai commencé en tant que maquettiste. À l'époque, nous réalisions les modèles à la main. Cela relevait d'un savoir-faire unique. Tout a énormément changé depuis lors. Aujourd'hui, vous créez le projet sur ordinateur et vous l'envoyez à la fraiseuse, qui le réalise avec une précision inégalée. Vous gagnez également un temps précieux. L'inconvénient : tout le monde pense maintenant que vous pouvez créer un modèle rapidement sur un ordinateur. La connaissance des matériaux est reléguée au second plan. Cette connaissance, vous ne l'acquerrez toutefois qu'en découpant vous-même le matériau avec un ciseau. Mais soyons honnêtes, la fraiseuse MDX-540 est la machine que j'ai toujours souhaité posséder. »

www.new-innolab.com